Le moment que j'attendais depuis plus d'une lune est enfin arrivé. Hier, ma mère m'a emmenée avec elle exposer au marché artisanal de Calabca. Nous sommes parties au lever du jour avec toutes nos marchandises soigneusement emballées. Lorsque nous sommes arrivées sur la place du marché, l'activité bourdonnait déjà. Il y avait là Khestos et ses magnifiques flacons de verre de toutes tailles et de toutes formes. Il y avait des étoffes magnifiques devant lesquelle ma mère s'est arrêtée un instant et qu'elle s'est promise d'examiner plus tard, lorsque je serai en mesure de garder son stand. Il y avait des assiettes et des plats en terre cuite peintes à la main et dans des formes toutes différentes, en étoile, en astre solaire, en croissant de Selène. J'avais envie de tout acheter, mais ce n'était pas pour dépenser nos plus précieuses pièces d'orichalque, mais bien pour en gagner, en vendant nos propres créations, que nous étions là.

La main tremblante, j'ai disposé mes boucles d'oreilles, mes flacons et mes petites fioles pendentifs sur la partie du stand que ma mère m'avait assignée. Je n'avais qu'un petit espace, à côté duquel étaient disposés, les sacs, sandales, besaces et capes que vend ma mère, mais mon coeur battait à rompre à chaque fois que quelqu'un s'approchait ou s'arrêtait devant le stand.

Ma mère avait déjà vendu deux petites bourses, qu'hommes ou femmes mettent à leur ceinture pour y glisser leurs pièces de monnaie, lorsqu'une très jolie jeune femme s'est penchée sur mes créations. Elle a essayé plusieurs paires de boucles d'oreilles, m'a complimentée et elle m'a acheté une fiole pendentif pour que sa fille, qui est encore bébé, puisse porter ses cristaux sacrés autour du cou, lorsqu'elle en aura l'âge. Comme elle était la première personne à m'acheter quelque chose, je lui ai offert un petit flacon décoratif. Plus tard, d'autres femmes se sont arrêtées, toutes les capes brodées de ma mère ont disparu avant que le soleil ne soit au Zénith et j'ai moi-même vendu quasiment tout mon stock. Ma mère était ravie, elle m'a confiée que cela faisait des lunes qu'elle n'avait pas fait un aussi bon marché. En l'aidant à ranger le stand, j'entendais les pièces d'argent et d'orichalque s'entechoquer avec un bruit délicieux dans la poche de ma jupe en lin. Ce n'est qu'un tout petit début, mais il me rapproche de mon rêve. Chaque pas compte.

J'étais tellement enchantée, que ce soir en rentrant, j'ai terminé les deux modèles de boucles d'oreilles que j'avais commencés depuis quelques jours. Le dégradé de bleu truquoise à bleu foncé du premier modèle me rappelle les nuances de bleu de l'océan, selon les falaises, les plages, le port, l'heure ou les saisons depuis lequel on le contemple. Et cela me console d'avoir vu mon frère disparaître une fois de plus sur cet océan, pour  un long voyage. La saison froide approche ici et les seuls expéditions qui partent vont vers le sud, là où les températures sont encore clémentes. Quand au deuxième modèle, il m'évoque un lever du jour, quand toutes les étoiles s'éteignent une à une dans le ciel qui s'éclaircit d'une nuance à chaque seconde. Comme ce matin, quand nous sommes parties au marché.

CIMG1025

Après avoir mis mes deux nouveaux modèles dans ma boîte, maintenant presque vide après ce marché festif, multicolore et chargé d'espoir, je suis sortie de la maison alors que la nuit tombait et j'ai été jusqu'aux limites de notre proprriété, au sommet d'un promontoire duquel on peut apercevoir l'océan. C'est là que notre famille a installé son autel dédié à Poséidon. Je lui ai laissé en offrande deux très beaux coquillages que j'avais ramassés lors de ma dernière promenade sur la plage avec Bixen. Et j'ai également offert une poignées des premières noix de notre plus beau noyer à Donaiki, la Déesse de la prospérité et de l'abondance, pour la remercier d'avoir été à mes côtés durant toute cette journée.

CIMG1027

Aube festive et multicolore à Calabca

Descriptif: Perles fantaisie sur une base argentée. 4€ en crochets, 5€ en clips (hors frais de port).